Retour aux sources

News

Publié par Insondable prod. le 29/08/2022 · 3 mins de lecture

Une fois n’est pas coutume dans les news du Bulletin de l’Insondable ce billet ne sera pas signé collectivement, mais par moi, Dimitri.

J’aurais pu l’écrire sur mon propre blog, mais je trouve qu’il a plus de sens ici, car il intéressera plus les fans que mes lecteurs.

En tant producteur autoproclamé des Archives de l’Insondable, je suis chargé de choisir les Petits Faits Extraordinaires qui sont le cœur de notre podcast.

Tous les ans, je suis désigné pour les relire et les sélectionner, avant de les soumettre au reste de l’équipe, leurs auteurs.

Me replonger dans les archives des Archives est toujours un plaisir particulier. Je relis, souris, note le potentiel. Les PFE sont autant de petites histoires en devenir et leurs origines amusantes, souvent absurdes ont le parfum du complotisme réjouissant qui fait le sel de notre désormais mythique slogan : le monde doit sachoir.

L’écriture des PFE est tellement intriquée entre Olivier et Vincent que même leurs créateurs sont infichus de savoir qui les a écrites. C’est d’autant plus savoureux que je peux choisir sans avoir à me soucier de respecter une certaine équité entre les deux auteurs.

Pour la préparation de la saison 5 j’ai décidé de revenir aux tout premiers billets. De les reprendre un par un pour en détecter le potentiel. À l’époque (on parle de plus d’une dizaine d’années) ces textes trop courts pour en faire des brèves audio ne s’appelaient pas PFE, mais particules. Pourtant, tout était déjà là.

C’est donc parti pour quelques heures de relectures pour un retour aux sources, toujours plus drôles et parfois étonnamment pessimistes. Je peux vous promettre une jolie palette de couleurs pour les PFE de cette cinquième saison.

Aujourd’hui au bout de quatre ans, ces petits récits ont progressé de plein de manières. Nous savons détecter leur potentiel de narration. Imaginer comment ils devront sonner. Olivier et Vincent sont habitués à mon interprétation et retravaillent les textes avec cette musicalité en tête. De mon côté, j’ai amélioré ma diction pour leur donner cette fausse gravité qui crée véritablement le décalage entre le fond et la forme.

Tout cela contribuera à délivrer, je l’espère, ce potentiel à la fois humoristique et littéraire d’écriture complice dans lequel Olivier et Vincent excellent et qui font admiration, mais surtout mon plaisir d’acteur.

Dimitri.


NOUS RÉPONDRE

Retrouvez Les Archives de l’Insondable en podcast. Si vous appréciez ce travail, merci de nous soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.