Marcel Gondron était un authentique superhéros au super-pouvoir étonnant : il était totalement dyslexique et souffrait en plus d’un cheveu sur la langue. Pérorant interminablement à la manière de tout bon vengeur masqué, il parvenait toujours à surprendre ses victimes et provoquer chez elles une incontrôlable hilarité. Profitant alors de leur soudaine inattention, il les étendait pour le compte.

Il mit ainsi fin aux activités assommantes d’Ennuyor, arrêta les épanchements de l’ignoble Diarrhéa, et mis au tapis l’Homme-Mite. Devant un tel tableau de chasse, on comprend pourquoi Marcel fut persuadé toute sa carrière d’être un réel surhomme, sans jamais vraiment réaliser l’importance de son handicap.

Il poursuivit son activité de longues années, invaincu jusqu’à son combat dramatique contre le super-vilain Hypersonik, rendu sourd par ses propres pouvoirs. Il mourut ainsi, en plein milieu de sa phrase fétiche :

« Tlembre, virmène, devant l’invalnéruble Super-Duskelski. »


Retrouvez Les Archives de l’Insondable en podcast. Si vous appréciez ce travail, merci de nous soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.