De nombreux auteurs de sciences-fictions le rabâchent depuis des années, et pourtant personne ne les écoute : les chats sont bien une race supérieure d’extraterrestres échoués sur notre planète. Arrivés en Égypte dans la plus haute antiquité, ils ont utilisé leurs pouvoirs mentaux pour asservir l’humanité, dans le but de remplacer leurs esclaves, morts dans le crash de leur vaisseau.

La conquête du globe fut longue et difficile, certains humains plus avisés que d’autres s’étant entêtés pendant de nombreux siècles à les considérer comme des suppôts des forces du mal ou comme un substitut acceptable à la viande de lapin.

Évidemment, les générations de chats ne restèrent pas à se tourner les pouces (ou plutôt les coussinets) pendant huit mille ans. La plupart d’entre eux se lancèrent dans des recherches effrénées sur la construction d’un moteur hyperspatial leur permettant de réparer leur vaisseau, actuellement garé sous la pyramide de Keops.

Privés de leur technologie sophistiqués, incapables de faire comprendre des concepts mathématiques complexes à leurs esclaves primates, et handicapés par l’absence de pouce, leurs travaux avancent lentement. Cependant, on peut voir des exemples de leurs travaux de recherches en les observant pousser de petits objets pour mettre à l’épreuve les premiers principes du générateur d’anti gravité, ou en les voyant pianoter des quatre pattes sur un clavier pour vérifier un calcul. Il n’est pas non plus exclu que la majorité des disparitions inexpliquées de chats soient dues en réalité aux essais de machines de téléportation de dernière génération, construits en secret au fond des bacs à litière ou des arrière-cours.

Des recherches secrètes menées par le B.I.O ont souligné le fait que la prolifération constatée ces dernières années de vidéos et de GIF animés de chats rigolos et mignons sur l’ensemble des réseaux sociaux (mêmes professionnels) qu’on accuse d’engorger les bandes passantes mondiales n’est en fait qu’une couverture pour masquer les importantes ressources en calcul informatique dont ils ont besoin pour mener leurs recherches.

Si cette théorie se confirme, il faut s’attendre à ce que tous les chats aient quitté la Terre d’ici quelques générations. Profitons encore de la douceur de leur pelage pendant qu’il est temps !

À noter que la plupart des mouvements complotistes sont entretenus par des gens possédant ou ayant possédé des chats… De là à y voir dans toutes ces théories fumeuses une manœuvre de désinformation menée par la gent féline, il n’y a qu’un pas que les Archives n’hésiteront pas à franchir si le temps le permet.


Retrouvez Les Archives de l’Insondable en podcast. Si vous appréciez ce travail, merci de nous soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.