Lotion Capillaire

Saison III

Publié par Insondable prod. le 04/08/2021 · 2 mins de lecture

Les adeptes de phytothérapie et de remèdes ayurvédiques connaissent depuis longtemps les propriétés antidépressives de l’essence de Millepertuis, en plus de ses principes cicatrisants et antiseptiques connus depuis l’antiquité. Moins nombreux sont ceux qui savent qu’on peut faire germer une gélule de Millepertuis, en le trempant dans un bourbon de 12 ans d’âge. Ce qui, entre nous, est un véritable gâchis.

L’une des particularités les plus étranges n’est connue que d’une seule personne à ce jour (si on excepte les auditeurs de ce bulletin) : dans certaines conditions particulières, le Millepertuis s’avère pouvoir aider à la pousse des cheveux.

En effet, à condition que l’huile essentielle de Millepertuis soit utilisée en friction à l’intérieur d’un caisson hyperbare empli d’héliox (un mélange respirable d’hélium et d’oxygène) à 300 kilopascals et seulement après que le sujet de l’expérience ait avalé d’abord un grand verre de purin d’ortie, le sujet subira alors une poussée capillaire fulgurante, allant jusqu’à plusieurs centimètres par minute.

Néanmoins, ledit sujet n’aura que peu le loisir d’apprécier sa nouvelle toison. Si le purin d’ortie est certes un engrais naturel à base de plantes, il n’en est pas moins toxique, comme a pu le démontrer le baron Gustav Von Lieschbrenburg, le seul scientifique ayant eu l’idée de cette expérience dont il fut le seul cobaye. Malgré des recherches intensives, rien dans ses notes n’a pu conduire à comprendre pourquoi ce scientifique en est venu à imaginer une expérience aussi idiote.

Notons pour la petite histoire que pour la première fois dans l’histoire de la médecine légale, l’autopsie du baron Von Lieschbrenburg fut réalisée par un garçon coiffeur.


Retrouvez Les Archives de l’Insondable en podcast. Si vous appréciez ce travail, merci de nous soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.