Les collines de Qûtâmä en Mésopotamie (actuelle Irak) ont toujours été mystérieuses. Les archéologues savent qu’elles sont artificielles, qu’elles servaient de décoration et accueillaient des forêts exploitées par les habitants.

Ce qu’on sait moins, c’est que ces collines n’avaient pas de fonctions agricoles ni esthétiques à l’origine. Constituées de milliards de tablettes d’argile écrites à la main, il s’agissait en fait du premier prototype de stockage informatique de l’histoire de l’humanité.

Ce gigantesque disque dur argileux était capable de contenir l’équivalent de 200 Go de données.

Malheureusement, privée de système de téléchargement moderne, la saisie du système d’exploitation (nommé «Ab igi», c’est-à-dire «vu par la fenêtre») fut très laborieuse. Des milliers de scribes se relayèrent jour et nuit pour graver les symboles à la main.

Il fallut des années pour charger les 4 Go de données sur 11 millions de tablettes. Lorsqu’enfin le dernier octet fut gravé, on se rendit compte que le système était trop lourd (plusieurs milliers de tonnes) et complètement buggé. Comble de malheur, les patchs de mise à jour allaient se révéler extrêmement longs à installer. Le projet fut finalement abandonné et le disque dur géant devint une pépinière et un lieu de promenade très prisé.

Il est malheureux que cette anecdote ait disparu de la conscience collective. Ça aurait évité à Microsoft d’inventer Windows Vista.


Retrouvez Les Archives de l’Insondable en podcast. Si vous appréciez ce travail, merci de nous soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.