Le 6 octobre 1896, l’architecte Georges Lobbée inaugure à Paris, au 6 de la rue Jaucourt, un petit immeuble bourgeois. Le bâtiment, peint en rose, est décoré de symboles alchimiques et de gargouilles à l’image de Quasimodo du plus bel effet dans ce quartier calme.

Prévu pour loger 25 familles, il était surtout construit pour récupérer le maximum de fluides organiques produits par ses habitants. En effet, les déjections humaines sont susceptibles de contenir des métaux rares (or, platine, iridium…) alors que l’urine est une source de phosphore connu de longue date. Georges Lobbée, alchimiste à ses heures, comptait ainsi obtenir la matière première nécessaire à ses recherches sur la pierre philosophale.

Malheureusement, il dut vite déchanter : personne ne daigna s’installer dans son immeuble malgré un niveau de confort rarement atteint à l’époque.

S’il n’avait pas eu la réputation d’avoir très mauvais caractère, quelqu’un de son entourage lui aurait sans doute fait remarquer qu’il avait omis d’équiper l’édifice d’une porte d’entrée. On se contenta de rire dans son dos pendant quelques années avant d’oublier complètement l’incident.

Que les sympathisants de Droit au logement se rassurent, l’immeuble n’est pas resté inoccupé longtemps : les membres d’une colonie de rats y coulent des jours heureux depuis plusieurs centaines de générations.


Retrouvez Les Archives de l’Insondable en podcast. Si vous appréciez ce travail, merci de nous soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.