À rebour

Saison IV

Publié par Insondable prod. le 17/06/2022 · 2 mins de lecture

Nous autres humains avons l’intuition que le temps s’écoule de manière linéaire, et ce quelle que soit la religion choisie. Nous allons de la naissance vers la mort, puis nous continuons d’avancer d’une façon ou d’une autre : soit par le recyclage de nos atomes, ou vers un quelconque au-delà.

Bien des zélotes religieux seraient surpris de découvrir que, non seulement la réincarnation existe, mais qu’elle ne s’effectue pas forcément du passé vers le futur. Il peut arriver que certaines âmes soient envoyées remplir un corps dans le passé ou dans un lointain futur, pour des raisons administratives propres à la bureaucratie céleste. Interrogé au sujet de ces étranges méthodes de réaffectation, le secrétaire particulier du Dalaï Lama s’est borné à évoquer des erreurs informatiques avant de s’enfermer dans un mutisme boudeur.

S’ils restent limités en nombre, les exemples d’âmes de célébrités réincarnés, à une époque éloignée, ne sont pas rares. Ainsi, la concierge de Blaise Pascal n’était autre que la réincarnation de Georges Harrisson, ce qui expliquait pourquoi elle chantait constamment des chansons bizarres, au grand désespoir de son locataire. Citons aussi l’exemple de l’exploratrice Alexandra David-Neel, première femme à visiter la capitale interdite du Tibet, qui attend encore d’être réincarnée en premier habitant né sur la première colonie martienne permanente. Il existe, heureusement, des exemples plus intéressants.

Nous en voulons pour preuve, la Machine d’Anticithère, merveille d’horlogerie antique que certains historiens attribuent à tort à Archimède, ou à l’un de ses disciples. Elle a, en réalité, été conçue par la réincarnation à rebours de Steve Jobs qui a tenté, avec les moyens de l’époque, de mettre sur le marché le tout dernier iPhone XVII, preuve que les habitudes ont parfois la vie dure, même après la mort.


Retrouvez Les Archives de l’Insondable en podcast. Si vous appréciez ce travail, merci de nous soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.